Critique cinéma : "Sleepers" de Barry Levinson

 

sleepers_front.jpgCette semaine, découvrez sur votre blog la critique cinéma du film « Sleepers » de Barry Levinson.

 

Merci Geoffrey Claustriaux !

Synopsis

1967, New York, dans le quartier populaire de "Hell's Kitchen", quatre amis inséparables, Shakes, Michaël, John et Tommy vivent dans les rues sous le regard bienveillant du père Bobby, un ancien délinquant repenti. Malgré l'attention de l'homme d'église pour maintenir les quatre copains sur la bonne voie, ceux-ci mènent une vie insouciante, jusqu'au jour où leur destinée est bouleversée par une farce qui tourne au drame. Leur vie bascule. Mineurs, ils sont jugés et envoyés dans la maison de redressement Wilkinson Home For Boys, une des plus strictes de l'état de New York...

Barry Levinson, réalisateur capable du meilleur (Rain man, Young Sherlock Holmes) comme du pire (Sphère) nous livre ici ce qui restera probablement comme l'un de ses tous meilleurs films. Tour à tour joyeux, choquant et poignant, Sleepers s'impose d'emblée comme une grande réussite. Rarement autant d'émotions auront parsemé un même film. Basé sur le roman largement autobiographique de Lorenzo Carcaterra, Sleepers nous raconte donc comment quatre garçons vont passer de l'innocence insouciante à la haine et à la vengeance. Ce faisant, Barry Levinson nous livre un film qui tranche radicalement avec les productions hollywoodiennes habituelles, formatées et politiquement correctes.

Sans titre2.png

En effet, si l'on y regarde de plus près, la morale du film est tout de même osée puisque les héros s’allient pour passer au travers des mailles de la justice et se faire acquitter du meurtre de sang-froid qu’ils ont commis. Ce n'est pas tous les jours que l'on voit ça dans le cinéma hollywoodien, pas plus que l’on a l’habitude d’assister à des viols d’enfants et au parjure d’un prêtre.

Mais Sleepers est bien plus qu'une simple histoire de vengeance. C'est un plaidoyer à l'amitié et à la rédemption. De fait, tous les personnages ont leur croix à porter et se retrouveront face à des choix difficiles puisque aucun d’entre eux n'est heureux de devoir appliquer la loi du Talion ; d’ailleurs, aucun des « héros » n'en retirera le moindre bénéfice, que du contraire, tous en ressortiront meurtris d'une manière ou d'une autre. C'est inéluctable.

Sans titre3.jpg

On ne peut évidemment passer sous silence l'interprétation qui rend le tout si poignant. Quel bouquet de stars! Brad Pitt, Dustin Hoffman, Kevin Bacon, et j'en passe... Tous font honneur à leur réputation avec, en cerise sur le gâteau, une époustouflante prestation de RobertDe Niro en prêtre face au plus gros dilemme de sa vie. Tout simplement parfait. On mettra juste un petit bémol à Minnie Driver, peu convaincante et qui ne parvient pas totalement à transmettre l'émotion de son personnage.

Dommage toutefois que le talent de toutes ces stars ne soit pas exploité à fond. Dustin Hoffman, par exemple, n'a qu'un rôle secondaire mais il interprète, comme à son habitude, à la perfection.

Globalement, avec Sleepers, on n'est pas loin du chef-d’œuvre avec en point d'orgue, un faux "happy end" glaçant et terriblement émouvant. Peu d'optimisme donc dans ce métrage poignant qui ne laissera personne indifférent. À voir absolument.

Les commentaires sont fermés.