Dour, vu par ... Florian Nisolle

florian nisolle, onlineFlorian Nisolle est un quiévrainois d'origine mais un dourois de coeur.

Il fait partie de la jeune équipe qui réalise, en ce moment, le court-métrage "Online", un film sur l'addiction aux jeux vidéos.

Nous lui avons envoyé notre questionnaire "Dour, vu par ...".

Ca va ?

Très bien, merci.

Quelle heure est-il ?

Il est 12:36 et 54 secondes. Précisément.

Qu'y a-t-il sur le mur devant vous ?

Un câble électrique qui pendouille. Mais je ne suis pas chez moi.

La première chose à laquelle vous pensez quand vous vous réveillez ?

De quoi sera fait la journée qui se prépare ?

Lisez-vous régulièrement le journal LaProvince ?

Quotidiennement, avec un autre journal plus national. Je me fais ma petite revue de presse perso le matin.

Qu'en pensez-vous ?

Je perçois La Province comme un journal de proximité, assez régional. Ce côté de la presse avait été perdu il y a quelques années, et j’ai la forte impression qu’on est en train d’y revenir. Preuve en est des blogs Sud Presse locaux !

« Online »

Vous faites partie de l’équipe de tournage du court-métrage « Online », comment est né ce projet ?

Je suis en effet assistant-réal’ et caméraman sur Online. Ce projet est né de mon ami Hugo Deghilage, que j’avais déjà assisté pour la réalisation de son premier court, L’Absolution. Online est une nouvelle aventure, avec une structure plus professionnelle désormais, puisqu’il est réalisé sous le nom d’une ASBL, Illusion, qui le produit.

Quel est le thème du film ?

Globalement, ce film traite de l’addiction aux jeux vidéos. Sans en dévoiler davantage, le héros va confondre dans ce court la réalité et le jeu.

Quand pourra-t-on le voir et où ?

J’espère que l’on pourra être diffusés dans pas mal d’endroits. Nous comptons entamer les demandes bientôt. Evidemment, il y aura le Centre Culturel. Et puis, il y aura aussi la sortie d’un DVD début septembre.

Quelles aides avez-vous obtenues ?

Concrètement, et c’est dommage, nous n’avons pas obtenu d’aide pour notre premier projet. Les principales sources d’aide ont besoin d’un rapport d’activités annuel pour décider d’un financement ou non. Nous avons donc crée notre propre structure, une ASBL, Illusion, puis nous avons investi à fond propre pour l’achat du matériel et le budget du projet. Mais l’aide obtenue par tous les bénévoles, figurants et acteurs ainsi que membres de l’équipe technique et de tournage, elle, n’a pas de prix !

Personnellement...

Vous donne-t-on un surnom ? Si oui, lequel et qui vous appelle ainsi ?

M’appelant Florian, les gens utilisent évidemment souvent le diminutif Flo. Mais je n’ai pas de surnom en particulier.

Une phrase que vous n'aimez pas ?

«Mais qu’est que tu peux être susceptible !»

Votre phrase préférée.

C’est une citation latine fortement connue d’Horace : «Carpe Diem.»

Que mangez-vous à midi ?

Généralement un bon petit plat traditionnel. Ce midi, c’est Lasagnes.

Le pays visité le plus lointain ? Et pourquoi ?

La Crète en 2010, en voyage de Rhétos. Le voyage que j’ai à l’heure actuelle le plus préféré, un souvenir exceptionnel

Combien avez-vous d’amis sur Facebook ?

750 tout pile.

Et combien de 'vrais' amis dans la vie réelle ?

Il se comptent sur les doigts de 2 ou 3 mains.

En politique...

Suivez-vous l’actualité politique belge ? Qu’en pensez-vous ?

Je lis évidemment tout cela dans les journaux et sur le net ... Ce que j’en pense ? Concrètement, que depuis le début, les négociations doivent se passer sans ceux qui n’ont pas envie de construire quelque chose.

Et à Dour ?

Je suis aussi, bien sûr. Mais à l’heure actuelle, je ne me positionne plus.

Si vous pouviez être à la tête d’un ministère, quel serait-il et quelle serait la première mesure que vous prendriez ?

J’aimerais beaucoup être à la culture. Et permettre aux artistes d’obtenir une aide, serait-ce minime, pour mener à bien un de leurs projets.

Petit portrait chinois...

Si vous pouviez être quelqu'un d'autre, qui seriez-vous ?

Un naufragé survivant sur une île déserte.

Votre principale qualité ?

La franchise, l’honnêteté.

Votre principal défaut ?

La susceptibilité.

Votre proverbe préféré.

Gandhi : «Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.». C’est très bateau comme réponse, n’est-ce pas ?

Si vous étiez :

  • un fruit : une framboise.
  • un objet : à l’heure actuelle, je dirais bien une caméra.
  • un animal : un chat. Parce que j’envie vraiment mes 2 chats qui sont les rois de la maison.
  • un poisson : une bonne crevette grise d’Oostende !

Petit portrait dourois à présent...

Si vous étiez :

  • un commerce dourois : Néopolis !
  • un resto dourois : Chez Oscar.
  • un évènement dourois : je vais être très original : le Dour Festival. Ou bien Les Tornades !
  • une autre personnalité douroise : sans doute mon ami Hugo Deghilage.

Les questions aux réponses impossibles...

Facebook ou Twitter ?

Avec le temps, je serai plus tenté de dire Twitter, que je n’utilise pas encore assez.

Papa ou maman ?

J’ai toujours été plus proche de maman.

Dour ou Quiévrain ?

Le coeur dit Quiévrain, vu que j’y habite depuis que je suis né. Et tout le reste, école, amis et activités, me pousse à Dour !

Et pour finir ...

Heure du coucher ?

23h habituellement. Beaucoup plus tard en cette période de montage d’Online ...

Qu'y a-t-il sous votre lit ?

Absolument rien du tout.

Avez-vous un secret à nous révéler ?

Je n’ai pas de secret, non.

Comment aimeriez-vous mourir ?

Question assez délicate, surtout parce que je trouve qu’il n’existe pas de belle ou d’affreuse mort. Mais je n’y pense tout simplement pas !

Votre devise ?

Au risque de me répéter, je vous la fais en français : «Cueille le jour, profite de l’instant présent !»

Quel est "Votre Dour" à vous ?

Mon Dour ? ( ;-) ) Il est fait de belles rencontres, de l’Athénée, du Festival, de cette bonne ambiance au quotidien. Bizarrement, je n’ai pas de mauvais souvenir à Dour, je n’en retire que du positif.

Quelle heure est-il à présent ?

Il est 13:22 et 10 secondes.

Commentaires